Retour en arrière

Du fait du travail de mon père, j’ai beaucoup déménagé quand j’étais plus jeune. Trop sans doute pour le gosse que j’étais ; celui pas très stable, dont les repères étaient plus physiques que sociaux. J’ai beaucoup déménagé et à chaque fois j’ai eu l’impression d’oublier quelque chose, de laisser une partie de moi derrière.

Je ne me souviens pas de m’être retourné une seule fois avant de partir, quelque fut le départ. Je regardais devant moi, sans pouvoir, encore moins vouloir tourner la tête. Mais si je l’avais fait, si j’avais posé mon regard par dessus mon épaule et non par dessus celle de ma mère qui conduisait, j’aurais alors vu ce qui me manquait et qui n’était pas bien rangé dans les cartons avec le reste.

J’aurai vu cette personne qui me fixait le regard triste de ne pas avoir été salué une dernière fois et qui, me voyant disparaître au coin de la rue, aurait tourné les talons pour s’évanouir dans le silence de la maison. J’aurai vu cet autre moi qui tenait dans ses mains un morceau de ma vie, un petit bout de celui que je suis, un plus grand bout de celui que j’étais alors et qui les aurait placés contre son coeur avec le sourire alors que tout lui disait de pleurer. J’ai l’abandonnée et cette partie m’a vu m’en aller en gardant le sourire.

Car j’ai laissé une partie de ma vie dans chaque maison sans même prendre le temps de me retourner. Et aujourd’hui que je deviens plus sage, plus réfléchis je peux réparer ces erreurs. J’ai appris à me connaitre, à m’aimer et à me souvenir de vous. Vous vous appelez Léonard, Firmin, Beaumarchais, Rueil, Eric, Gael, Jean et tous les noms que vous avez choisi, tous ceux que vous souhaitez. Sans vous je ne serais jamais qui je suis à l’heure où je frappe ces mots.

Ce soir je me suis souvenu de vous. Je me suis souvenu que j’étais parti sans vous dire « au revoir ». Je me suis souvenu de chaque adresse où je vous ai laissé. Chaque adresse depuis ma naissance. Vous avez contre votre coeur celui que j’ai été avant vous, et celui que j’étais avec vous. Chaque partie de moi est marquée d’un souvenir avec vous. Je ne sais pas pourquoi vous en avez décidé ainsi mais ce soir vous m’avez rendu tout ce que je vous avais laissé. Ce soir je suis venu vous rendre visite l’un après l’autre et tous en même temps ; sur votre invitation. J’ai pu vous revoir, voir votre sourire et par dessus tout, j’ai pu vous dire « au revoir » et vous laisser partir.

Publicités
Cet article a été publié dans Vrac cérébral. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Retour en arrière

  1. Chloé dit :

    Bon, j’ai lu deux trois trucs et j’en ai tiré deux conclusions : premièrement c’est beau, vraiment beau. Deuxièmement je suis maso, parce que je continuais à lire alors que les larmes montaient. Trop émotive, moi ?
    T’as du talent, en tout cas. La bonne journée 😉

    (de la part d’une certaine Chloé « Ven » ^^)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s